Print
Category: ulpgl
Hits: 219

Nos valeurs sont : L’amour du travail bien fait, La crainte de l’Eternel, La méritocratie, La probité morale et Le respect du bien commun et de la dignité humaine

  1. L’amour du travail bien fait
  2. Le travail constitue une vertu divine et un don divin. L’homme, depuis la création est fait pour travailler comme l’oiseau est fait pour voler. C’est le travail de l’homme qui lui donne une identité et de l’estime dans la société. En travaillant, l’être humain assume sa vocation lui confiée par Dieu. Ainsi il ressemble à Dieu qui, lui aussi, a travailler avant de se reposer. Dans son évaluation Dieu trouve que ce qu’il a fait est « BON » ou « BEAU », (de thôbhen hébreu qui signifie aussi pur, bien, heureux, agréable, gai, joyeux) voire « TRES BON » (cfrGn 2, 31). Aimer Dieu, c’est donc faire son travail de manière à ce que vous-même, la société que vous servez et votre créateur vous attribue l’appréciation ci-haut. Un travail bien fait apporte le bonheur et la joie non seulement à celui qui l’assume mais aussi et surtout à ceux qui en sont bénéficiaires. Le travail qui produit l’excellence, le progrès et la réussite fait partie des éléments clés de notre identité chrétienne. La paresse est une preuve de reniement de la foi en Dieu qui travaille et nous demande de poursuivre cette même mission. A l’ULPGL/Butembo, nous sommes astreints, Enseignants et Etudiants, à récuser cette mauvaise culture de la facilité ou la médiocrité dans le travail, qui ronge notre pays, où on ne veut pas d’abord travailler dur avant de récolter. On récolte ce qu’on a semé. Pas de réussite aux paresseux à l’ULPGL/Butembo.
  3. La crainte de l’Eternel
  4. L’Eternel est le Créateur non seulement du Travail mais aussi le Créateur de toutes les Sciences qui s’apprennent et qui se découvrent. C’est pour cette raison noble que la Bible déclare que la Crainte de l’Eternel est le commencement de la science ou le principe du savoir (cfr.Prov.1, 7). De l’hébreu dâath qui signifie connaissance, science, intelligence, sagesse, prudence, réflexion émane du Seigneur. Voilà pourquoi l’obéissance à Dieu, source de toute science, est la base qui sous-tend la recherche scientifique. La relation bonne du chercheur avec l’Eternel dans tous les domaines de sa vieest une priorité en vue de mener vers une science accompagnée d’une bonne conscience.
  5. La méritocratie
  6. Dans le souci de militer pour le rétablissement de la justesse, à l’ULPGL/BUTEMBO, nous donnons à chacun ce qu’il mérite. Car on récolte ce qu’on a semé (cfr. Galates 6,7). Selon le travail de chacun, il reçoit la côte y relative. C’est pourquoi, celui qui mérite l’échec l’aura comme conséquence de sa paresse et celui qui mérite la distinction l’obtiendra à condition qu’il s’y prépare sérieusement. Quant au personnel académique, scientifique et administratif, nous mettons l’homme qu’il faut à la place qu’il faut en vue d’un travail de qualité selon l’éthique chrétienne. Voilà pourquoi, le respect du temps est de rigueur tant pour le personnel que pour les apprenants. L’usage des langues internationales (Français et Anglais), pour l’apprentissage meilleur avec les moyens modernes de communications (radios, T.V, internet), s’imposent au sein de notre université d’excellence.
  7. La probité morale
  8. Les valeurs morales sont aussi très indispensables pour que les cadres qui ressortent de l’université soient utiles au sein de la communauté de base qui a besoin de leurs services et connaissances pratiques. C’est dans cette optique que nous mettons l’accent sur les qualités morales tant des étudiants(es) que du personnel académique. Car science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Ainsi, nous haïssons avec toute énergie la corruption, la tricherie, l’immoralité sexuelle, l’ivrognerie et les autres drogues, la malhonnêteté sous toutes ses formes, l’indiscipline, le vol, la fraude, la falsification des documents académiques, l’arrogance, etc. Nous voulons alors éclairer notre société congolaise où plusieurs antivaleurs sont devenues monnaie courante à telle enseigne que la dignité humaine est bafouée.
  9. Le respect du bien commun et de la dignité humaine
  10. Au sein de l’ULPGL/BUTEMBO, l’être humain est respecté dans toute sa dignité. En effet, l’être humain est un être sacré et mérite une considération différente de celle d’un objet ou d’une chose. Quel que soit son rang social, son statut économique, son appartenance tribale, ethnique ou raciale, chacun a droit à la dignité humaine. Voilà pourquoi, l’ULPGL-Butembo combatte avec véhémence toute forme de violation des droits fondamentaux des êtres humains.